Image bannière
Coopération - Gouvernance & Société civile
Body

COOPÉRATION INSTITUTIONNELLE

 

Aujourd’hui, la formation des fonctionnaires et les échanges d’expertise dans le domaine administratif soutenus par le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC)/Institut français de Tunisie (IFT) s’ouvrent à de nouvelles problématiques telles que la décentralisation, la modernisation et la transparence de l’administration tunisienne, l’affermissement de l’État de droit et la réforme de la justice, et les droits des citoyens.

 

Dans cette perspective, le SCAC/IFT accompagne le gouvernement tunisien à plusieurs niveaux dans ces réformes par sa mobilisation d’experts français et par sa contribution en matière de formation initiale et continue des hauts fonctionnaires tunisiens. L’appui du SCAC se concrétise par l’octroi de bourses à destination des hauts fonctionnaires pour participer aux différents cycles internationaux proposés par l’École nationale d’Administration (ENA), les Instituts régionaux d’Administration (IRA), l’Institut national des études territoriales (INET/CNFPT), l’École nationale des Finances publiques (ENFiP), et les écoles de douanes. Le SCAC/IFT intervient par les mêmes moyens, directement auprès des organismes de formation des hauts fonctionnaires tunisiens tels que l’Institut diplomatique pour la formation et les études (IDFE), l’École nationale d’administration de Tunis (ENA Tunis), et finance ou cofinance des séjours d’experts tunisiens et français.

 

Des programmes de bourses et de visites d’études spécifiques à l’appui de la réforme de la justice permettent également de renforcer les capacités des différents corps de la justice (magistrats, greffiers, huissiers, et avocats) et d’appuyer les travaux menés par l’INLUCC en matière de lutte contre la corruption.

Une centaine de boursiers tunisiens, fonctionnaires ou élèves fonctionnaires, partent chaque année compléter leur formation en France.

 

 

 

COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE

 

Depuis de nombreuses années, les collectivités françaises et tunisiennes entretiennent des relations étroites de coopération décentralisée qui permettent de réaliser de nombreux projets dans toute la Tunisie. En marge des grands projets bilatéraux, ces coopérations s’inscrivent dans le cadre de relations privilégiées entre les territoires et portent sur des thématiques variées (culture, aménagement urbain, gouvernance territoriale, éducation, citoyenneté, développement durable, patrimoine, etc.) et d’intérêt commun pour les deux collectivités. Par la conduite de ces projets, la coopération décentralisée permet de tisser des liens et de favoriser les échanges entre les cultures, les sociétés civiles, les associations, tout en étant facteur de développement local.

 

Le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC)/Institut français de Tunisie (IFT) de l’Ambassade de France assure la coordination et le suivi des coopérations décentralisées et facilite également le rapprochement entre les collectivités françaises et tunisiennes.

 

Aujourd’hui, on recense plus d’une vingtaine de coopérations actives entre collectivités françaises et tunisiennes.

 

Pour appuyer ces coopérations, les outils suivants sont à la disposition des collectivités territoriales françaises et tunisiennes :

Le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) encourage la coopération décentralisée en offrant aux collectivités locales les services de son réseau ainsi que des co-financements.

 

Atlas français de la coopération décentralisée

Cet Atlas recense de manière cartographique toutes les actions internationales menées par les collectivités territoriales françaises. À l’échelle mondiale, ce sont plus de 10 000 partenariats de coopération décentralisée impliquant 4 720 collectivités territoriales françaises et 8 100 collectivités partenaires dans 133 pays qui sont répertoriés à ce jour.

 

Les appels à projets du MEAE

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a ouvert un fonds d’appui spécifique au soutien de la coopération décentralisée franco-tunisienne qui fait l’objet d’appels à projets annuels. Cet appui intervient en partenariat avec le ministère tunisien des Affaires locales et de l'Environnement.

D’autres appels à projets thématiques permettent aussi d’appuyer des actions portées par les coopérations décentralisées franco-tunisiennes.

 

Les bourses-partenariat de coopération décentralisée

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères encourage le développement de nouvelles coopérations décentralisées en recensant les offres et les demandes des collectivités territoriales françaises et internationales qui souhaitent s’engager dans un partenariat de coopération décentralisée, afin de favoriser les opportunités de rapprochement.

 

Partenariats de l’Institut français avec les collectivités territoriales françaises

En France, l’Institut français (IF) est associé à 21 collectivités territoriales – 11 grandes villes et 10 régions – dans une politique de promotion à l’international des créateurs et des opérateurs culturels implantés dans ces territoires. Ces partenariats, qui ont été mis en place à partir de 1995, donnent lieu pour une partie d’entre eux à des appels à projets.

 

La Ficol de l’Agence française de développement

L’Agence française de développement (AFD) a mis en place des financements à destination des collectivités françaises pour accompagner, notamment en expertise technique, les pays en développement. Depuis 2014, la Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (Ficol) permet de financer directement des projets, qui sont initiés, puis mis en œuvre par les collectivités territoriales françaises. La collectivité partenaire, elle est la bénéficiaire finale du projet : elle est maître d’ouvrage et propriétaire, le cas échéant, des infrastructures financées.

 

 

 

SOCIÉTÉ CIVILE

 

Quelques mois seulement après la révolution de décembre 2010 et janvier 2011, la réforme du cadre juridique de l’État tunisien a donné aux associations des droits et des libertés qu'elles n'avaient jamais eues auparavant. Ce nouveau contexte a favorisé une effervescence associative, gage de la construction démocratique de la Tunisie. L’ambassade de France s’est employée à soutenir dans la durée ces initiatives citoyennes naissantes avec l’objectif de contribuer à leur structuration mais aussi à renforcer ses liens avec la société civile française. Aujourd’hui, si notre aide continue à s’adresser en priorité à la jeunesse de ce pays mais aussi aux femmes, elle concerne tous les acteurs associatifs qui œuvrent en particulier dans les régions rurales, les quartiers populaires des grandes villes et les gouvernorats de l’intérieur.

 

Nos actions s’articulent autour de trois outils de financement et d’accompagnement de la jeune société civile tunisienne :

 

Forum Jeunesse

Le Forum Jeunesse est l’événement phare de notre coopération. Il constitue depuis 2011 un espace d’échanges, de réflexion et de mise en réseau des jeunes tunisiens et jeunes des pays de la méditerranée. Près de 200 jeunes se réunissent chaque année pour identifier et trouver des solutions à des enjeux qui leurs sont propres : démocratie locale et citoyenneté, emploi des jeunes, économie sociale et solidaire, environnement ou encore valorisation de leur patrimoine.

 

Le Forum Jeunesse est un outil d’accompagnement complet des jeunes vers la dynamique associative : depuis la réflexion collective et la formulation d’un projet concret jusqu’à l’appui de sa réalisation grâce à notre partenaire Shanti qui a peu à peu pris en main l’organisation du Forum. Chaque projet soutenu est porté par un jeune sur son territoire au plus proche des enjeux du développement de la Tunisie. Depuis 2013, le Forum jeunesse a permis de soutenir 43 projets pour un montant global de 333 000 €.

 

Dans l’objectif d’accompagner la décentralisation et de s’ouvrir à de nouveaux acteurs, le Forum Jeunesse se déplace chaque année dans une région nouvelle : Tunis en 2015, Gafsa en 2016 pour le Sud-Ouest, Sfax en 2017 pour le Sud-Est et bientôt Tabarka pour le Nord-Ouest. Organisée par Shanti et ses partenaires associatifs locaux, la huitième édition du Forum Jeunesse se tiendra en octobre 2018 et aura comme thématique "Culture et attractivité des territoires : un potentiel de développement économique pour les jeunes".

 

PISCCA (Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs)

Le programme PISCCA "Appui à la société civile tunisienne, soutenir l’émergence et la structuration lu tissu associatif local" est un outil de financement des projets associatifs créé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) accompagné par un comité d’orientation composé de nos partenaires : le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), Jamaity, France Volontaires, Shanti et le Programme concerté pluri-acteurs (PCPA) "Soyons actifs-actives". Doté de 600 000 euros sur une période de trois ans (2016-2018), il a permis de financer 63 projets associatifs inspirants et novateurs sur l’ensemble du territoire tunisien. Le programme a ainsi contribué à la structuration d’associations naissantes engagées sur leur territoire qui ont trouvé des solutions innovantes à leurs défis quotidiens.

 

Service Civique France Volontaires

Afin de consolider les liens entre associations françaises et tunisiennes et d’enrichir le parcours de jeunes tunisiens engagés dans la société civile, un programme d’échange de volontaires du service civique crée par l’Agence française du Service Civique et porté par l’Association France volontaires a été mis en place dès 2011. En soutenant ce programme, l’Institut français de Tunisie permet le départ de jeunes Tunisiens et contribue ainsi à la réciprocité des missions de service civique depuis la Tunisie vers la France.